Coronavirus, Covid-19 situation au Brésil

2020-06-22T00:00:00Z

Le Brésil a franchi la barre du million de cas de contaminations au coronavirus. L’annonce a été faite samedi 20 juin par le gouvernement. Le bilan des décès est de plus de 49 000.

Tous les jours, le Brésil enterre ses morts. Avec près de 50 000 décès, il est devenu le nouvel épicentre mondial de l’épidémie. Depuis trois semaines, c’est le pays qui enregistre le plus de nouveaux décès et de cas positifs au Covid-19. Samedi 20 juin, il a franchi la barre du million de contaminations.

2020-06-25T00:00:00Z

Alors que le nombre de nouveaux cas et de morts semblait se stabiliser au Brésil, les courbes repartent à la hausse après le relâchement des mesures d’isolement dans plusieurs États du pays.

C’est ce que craignaient les scientifiques brésiliens. Alors que les courbes des nouvelles contaminations de coronavirus et des décès commençaient à se stabiliser, elles sont finalement reparties à la hausse, après que plusieurs États fédérés et municipalités du pays eurent décidé d’assouplir l’isolement social.

2020-06-27T00:00:00Z

Ce qui se passe en ce moment au Brésil est de l’ordre de l’incompréhensible. On déconfine de façon anticipée dans certaines villes, comme Rio et Manaus ; on recule le déconfinement dans d’autres, comme São Paulo et Fortaleza ; on reconfine en catastrophe les capitales du Sud (Porto Alegre, Florianópolis et Curitiba) et Belo Horizonte…. Bref, ça part dans tous les sens, sans aucune logique, dans la plus grande désorganisation. Inutile de dire que la belle collaboration entre gouverneurs et maires a volé en éclats : c’est chacun pour soi. Inutile de dire que les médecins, les épidémiologistes et autres scientifiques ont été mis hors-jeu par les politiques.

La suite sur le dictionnaire amical du jardin océanique

1 J'aime

Petit DETAIL piquant … mr Bolsonaro fait maintenant aussi partie du club des infectés de covid-19 ET il en profite habilement de faire sa pub d’hidroxicloroquina

2020-07-25T00:00:00Z

Une chronique carioca par temps de pandémie

Au début du mois de juillet, le président Jaïr Bolsonaro a attrapé le Covid-19. Beaucoup, au Brésil et en France, s’en sont réjouis, en une « joie honteuse ». Sans aller jusqu’à souhaiter le pire (encore que…), ils pensaient surtout que cette expérience allait enfin pouvoir lui servir de leçon, le faire changer d’avis sur la pandémie. Comme pour Boris Johnson. Douce illusion ! Peine perdue ! Ce fut même tout le contraire et d’autant plus que son cas ne semble pas être trop grave.

lire l’article sur dictionnaireamicaldujardinoceanique

Salvador da Bahia, vient de rouvrir le commerce ce vendredi 24 julliet.
C’est une maneuvre bizarre quand on voit qu’à partir d’aujourd-hui dimanche 25 nouvelles villes de l’état de Bahia ont reçu l’ordre du gouverneur Costa de rentrer en lockdown … allez comprendre …

1 J'aime

2020-08-06T00:00:00Z

Le Brésil entre dans son 6è mois de pandémie et le coronavirus continue d’y faire des ravages, avec bientôt 100.000 morts, une tragédie annoncée selon les spécialistes, faute d’une politique sanitaire nationale.

« C’est une vraie tragédie, une des pires que le Brésil ait jamais connue », dit à l’AFP le sociologue Celso Rocha de Barros, alors que ce pays de 212 millions d’habitants déplore quelque 1.000 décès quotidiens en moyenne depuis plus d’un mois.

Le premier cas confirmé de Covid-19 a été recensé à Sao Paulo, le 26 février, et le premier décès le 16 mars, également dans la plus grande mégalopole d’Amérique Latine.

2020-08-09T00:00:00Z

Hier le Brésil a passé la barre des 100 000 morts du Covid-19. Et aussi celle des 3 millions d’infectés (officiellement). Rien à célébrer, juste se souvenir et surtout réfléchir. La pire catastrophe que le Brésil n’ait jamais connue, pire que la guerre du Paraguay (la seule qu’ait vécue le pays) ou la grippe espagnole, disent les médias qui adorent les comparaisons, pas forcément pertinentes. Bien pire que toutes les autres maladies du même genre. En plus, en à peine 5 mois et nous savons tous que c’est loin d’être fini. Ce sont évidement 100 000 drames personnels avec les aspects propres de cette pandémie : des familles décimées, des enfants et des jeunes atteints aussi (malgré le discours officiel), des minorités touchées de plein fouet, comme les tribus indiennes ces dernières semaines, parfois des morts éclairs, des enterrements quasi-clandestins, un travail de deuil bien difficile….

la suite sur dictionnaireamicaldujardinoceanique

2020-08-29T00:00:00Z

Une chronique carioca par temps de pandémie

Une chronique commencée à la fin mars et qui en est aujourd’hui à son 20ème numéro. Après six mois de pandémie, le Brésil compte 120 000 morts et 3,8 millions de personnes infectées (chiffres officiels). Les chiffres du pays semblent enfin baisser quelque peu mais ceux de Rio remontent nettement.

le suite sur dictionnaireamicaldujardinoceanique

2020-09-05T00:00:00Z

L’épidémie de Covid-19 se stabilise dans les grandes villes et recule en Amazonie - qui en a beaucoup souffert - mais progresse encore dans le Centre-Ouest, spécialement à Brasilia

source Hervé Théry

2020-09-12T00:00:00Z

Le 31 mars, Vladimir Pinheiro Safatle, professeur de philosophie à Sao Paulo nous envoyait un premier texte dans lequel il craignait une « guerre institutionnelle » entre les gouverneurs des Etats et le pouvoir fédéral brésilien, incapable de prendre conscience de la dangerosité du virus. A cette date, le pays comptait 114 morts et moins de 2500 personnes contaminées. Six mois plus tard, le nombre de décès s’élève à 130 000 personnes, et il existe 4 240 000 cas positifs. Dans ce deuxième texte, l’intellectuel continue de dénoncer l’indifférence de Jair Bolsonaro, qu’il qualifie désormais comme l’« axe central » d’une nouvelle forme de gouvernement autoritaire.

voir l’article sur France Culture

2020-09-14T00:00:00Z

Alors qu’au Brésil les premiers cas de Covid-19 ont été signalés dans les grandes villes, rapportés d’Europe et d’Asie par des touristes ayant les moyens de faire des voyages lointains, l’épidémie a rapidement frappé les quartiers les plus pauvres. Postulant que la cartographie a une valeur heuristique et explicative, qu’elle ne montre pas de simples co-incidences mais qu’elle peut mettre sur la piste de relations de causalité, les figures qui suivent cherchent à détecter les facteurs qui sont associés à la maladie, et l’on y voit bien que c’est précisément dans les marges qu’elle a fait des ravages.

lire la suite