Mesures restrictives à Rio face à la situtation alarmante du Covid

2021-03-22T23:00:00Z

Les maires de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, et de Niterói, Axel Grael, ont décidé de décréter des mesures strictes d’isolement social, avec la fermeture des commerces non essentiels. L’annonce a été faite lundi (22), lors d’une conférence de presse conjointe, à Niterói. Les mesures seront en vigueur du 26 mars au 4 avril, date à laquelle elles seront réexaminées et pourront être suspendues ou maintenues.

Il y aura un service en face à face uniquement pour les services essentiels, le télétravail pour les fonctionnaires. Les crèches, les écoles, les universités, les cours de langues et les auto-écoles resteront fermés. Il sera interdit de rester sur la voie publique entre 23h et 5h. Les musées, bibliothèques, bars, snacks, restaurants et kiosques seront fermés pour les services en personne.

Les snacks, les restaurants et les bars peuvent fonctionner avec des livraisons à domicile, un service au volant et des pick-ups. Les détaillants d’aliments et de boissons, les supermarchés, les boucheries, les boulangeries, ainsi que les banques, les magasins de loterie, le commerce de gros, les marchés de rue, les stations-service et la revente d’essence, les mécaniciens, les magasins de pièces détachées automobiles, les hôtels, le transport de passagers, les industries, les centres d’appels et les salons funéraires, entre autres segments essentiels, peuvent opérer. Les plages restent fermées pour se baigner ou rester sur le sable, n’étant tolérée que la pratique d’exercices individuels.

Le maire de Niterói a expliqué que l’objectif était de prendre des mesures intégrées avec Rio, une ville qui accueille chaque jour un important contingent de travailleurs de Niterói. « J’ai sollicité le maire Eduardo Paes parce que Niterói allait déjà prendre des mesures de restrictions et j’ai pensé qu’il était important que nous le fassions de manière intégrée. Nos villes ne sont pas des îles, elles souffrent du manque d’action des villes voisines, qui génèrent une surcharge dans notre réseau hospitalier. Nous vivons le moment le plus critique de la trajectoire de la pandémie, cela nous inquiète trop. Les choses se passent trop vite », a déclaré M. Grael.

source:

Ce sujet a été automatiquement fermé après 30 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.