Brésil : quand les favelas votent extrême droite

Hugo Clément et Clément Brelet sont entrés dans une favela de Rio contrôlée par les gangs, où la majorité des habitants votent pour l’extrême droite.

Même la classe moyenne vote Bolsonaro, sauf les éternels bobo gauchistes qui n’ont jamais rien compris à la vrai vie en imaginant que c’est la leur.
J’ai passé octobre-novembre 2020 au Brésil et je peux vous assurer que les brésiliens en ont plus que marre de la délinquance, d’ailleurs beaucoup sont armés sous le tee-shirt. A rio vous ne pouvez même plus sortir votre téléphone de la poche, à Porto Allegre si vous êtes en stationnement dans votre voiture on vous braque et le centre ville de Sao Paulo c’est Beyrouth. Alors oui les brésiliens votent à droite.

Bonjour, il est clair que la délinquance et même la violence reste un des problèmes majeurs du Brésil (pas partout au Brésil toutefois). Mais vouloir armer tout le monde est-il la solution? Cela est le cas aux USA et le résultat est là, le pays vit au rythme des fusillades. Il semble que la solution soit ailleurs.

1 J'aime

Oui certes mais le sujet n’est pas d’armer les brésiliens, ils le font tout seul. Et ceci dans de seul but de se défendre. Aux USA cette autorisation de porter une arme remonte à la conquête de l’ouest. Lorsque je roule aux USA je s’embrouille avec personne, c’est la règle.
Pour revenir au Brésil la délinquance violente concerne toujours la même catégorie de personnes. Il y a des gens honnêtes dans des favelas et les autres, comme en France.

Le candidat puis le Président Bolsonaro a sur les armes une position connue, plusieurs fois affirmée. Il a toujours été en faveur d’un surarmement indiscriminé de la population et sa position s’est traduite en mai 2019 par un décret: « la détention et le port d’armes sont désormais autorisés pour un grand nombre de Brésiliens, depuis la signature d’un décret présidentiel ».

La Cour Suprême brésilienne s’est toutefois opposée à certaines de ses initiatives comme la suppression de la taxe d’importation des revolvers:

1 J'aime

Cette course à l’armement ne fait pas que des malheureux, les marchands d’armes sont plutôt contents!

Pour être honnête, Jair Bolsonaro ne semble toutefois pas avoir initié le mouvement, explique au quotidien français Ivan Marques, avocat spécialiste du marché des armes également membre du Forum brésilien de sécurité publique (FBSP). « À vrai dire, Bolsonaro n’a fait qu’amplifier une tendance de fond, commencée bien avant lui », précise-t-il. Une donnée l’atteste : entre 2009 et 2019, le nombre de nouvelles armes que les Brésiliens ont acquis chaque année a explosé, à hauteur de 580 %.

source

Que le Président du Brésil puisse avoir ou pas initié la sécurité des brésiliens, ce n’est pas important. Ce qu’il l’est, c’est que Bolsonaro continue l’action de protéger les brésiliens honnêtes en les autorisant à faire l’acquisition d’une arme.

C’est le commerce interne du Brésil, d’ailleurs j’ai constaté que 90% des étiquetages mentionnaient « made in brazil » et c’est une excellente chose. Le Brésil est autonome sur tout, sa balance commerciale est positive.

1 J'aime