Brésil : le match des élections est-il plié ?

Le duel attendu pour les élections d’octobre est celui du président sortant Jair Bolsonaro et de l’ex-président Lula da Silva, favori des sondages. Mais le scrutin est lointain, l’écart entre les deux candidats se resserre et certains croient en l’hypothèse d’“un troisième homme”. Désormais, la crise ukrainienne s’invite au débat, ni le président ultra-conservateur venu récemment au Kremlin, ni le héros de la gauche sud-américaine n’ont condamné l’intervention militaire russe en Ukraine.

Oui alors, bon, « Valeurs actuelles » comme source d’info, on fait mieux !! J’ai des doutes sur la pertinence des commentaires de la part d’un canard ouvertement d’extrême droite aujourd’hui.

L’auteure de cet article que je connais personnellement, j’ai écris une note de lecture sur son dernier livre, n’est pas suspecte de parti pris d’extrême droite, autrement dit de désinformation (à ne pas confondre avec opinion). Il faut se garder de juger de tout ce qui est publié dans un magazine parce que certains le classent à l’extrême droite, on pourrait faire exactement le même reproche aux médias qui se classent à l’extrême gauche et aux médias qui se classent à l’extrême « je ne donne pas de mon avis car j’en ai pas » c’est-à-dire l’extrême centre.
Je ne vois pas dans l’article de valeurs actuelles un quelconque parti pris au contraire le titre est au mode interrogatif et le contenu de l’article reflète bien l’incertitude qui se joue actuellement.
Analyser une situation ne se réduit pas à faire la moyenne des opinions de tout le monde et à produire de l’eau tiède.
Voir l’ouvrage de la journaliste auteure de l’article dont j’avais fait une note de lecture qui est extrêmement bien balancé (l’ouvrage) :

1 Like

Lula a bien condamné l’invasion de l’Ukraine par la Russie :

« Il est regrettable qu’au cours de la deuxième décennie du XXIe siècle, des pays tentent de résoudre leurs différends territoriaux, politiques ou commerciaux par des bombes, des coups de feu et des attentats, alors que ces différends auraient dû être résolus à une table de négociation. Personne ne peut accepter la guerre, personne ne peut accepter les attaques militaires d’un pays contre un autre. » La déclaration a été faite par l’ancien président Lula, ce jeudi matin (24), dans une interview accordée à la radio Supra FM, depuis Luziânia (GO)… - Plus d’informations sur Lula repudia invasão da Ucrânia, critica ONU e ironiza Bolsonaro na Rússia - 24/02/2022 - UOL Notícias

1 Like