Tout ce que vous vous êtes toujours demandé sur les avions sans jamais avoir osé le demander

Un passager qui connait les avions est un passager rassuré, alors, allons-y:

La pressurisation de la cabine
La pressurisation de la cabine d’un avion permet le vol à haute altitude en évitant les risques physiologiques liés à la baisse de la pression atmosphérique, aux variations de pression en montée ou en descente ainsi qu’à la diminution du taux d’oxygène. Elle permet de créer un environnement sûr et confortable pour l’équipage et les passagers.
Le prélèvement d’air est effectué sur au moins deux moteurs afin d’assurer la redondance de la fonction et réduire les risques de panne. Cet air est injecté dans la cabine.
L’air non recyclé est éjecté à l’extérieur via une valve généralement située à l’arrière de l’avion. Cette valve permet de conserver la pression interne dans les limites de pression différentielle tolérées par la structure.

Pourquoi le personnel de bord vous demande-t-il de relever les volets d’occultation des hublots avant l’atterrissage?
Les volets des hublots doivent être remontés parce que les membres d’équipage doivent pouvoir évaluer les conditions dehors avant d’ouvrir la porte. Si il y a un feu ou des eaux profondes, ou des pierres dehors, ça ne serait pas sécurisé de sortir, et on doit pouvoir évaluer ça rapidement.

Pourquoi vous demande-t-on de mettre votre Smartphone en mode avion ou de l’éteindre?
Un pilote donne son avis: “Je suis pilote. Et je peux vous dire que quand on vous oblige à éteindre vos appareils électroniques dans l’avion, c’est en réalité totalement inutile. Dans les avions modernes, les cabines de pilotage et les appareils sont heureusement protégées des interférences magnétiques qui ont lieu en l’air et qui sont autrement plus importantes que les ondes produites par un malheureux téléphone portable.”

Les pilotes dorment-ils?
Oui, à tout de rôle pour les vols long courrier.

Les atterrissages sont parfois brutaux, les pilotes ne savent-ils donc pas piloter ?
Quand vous sentez un atterrissage brutal par mauvais temps, ce n’est pas par manque de compétence de la part du pilote, au contraire : c’est tout à fait intentionnel. Si la piste est couverte d’eau, l’avion doit toucher le sol fortement de manière à adhérer au maximum et à ne pas partir en aquaplaning.

Les masques à oxygène
En cas de dépressurisation, si le masque tombe devant vous, vous n’aurez que 15 minutes environ d’oxygène à partir du moment où vous tirez le masque vers vous. Par contre rassurez-vous : c’est largement suffisant pour que le pilote fasse descendre l’appareil à une altitude plus basse, où vous pourrez respirer normalement. Plus important encore : en altitude, vous disposez seulement d’une quinzaine de secondes avant de vous évanouir, si vous ne mettez pas immédiatement votre masque. C’est pour ça que même si c’est contre-intuitif, il faut absolument mettre d’abord votre masque, en priorité, avant de s’occuper de celui de vos enfants. Si ils s’évanouissent pendant quelques secondes, ce n’est pas grave.

L’eau du lavabo des toilettes
Elle n’est pas potable et il n’est pas conseiller de l’utiliser. Elle est désinfectée mais rien ne garanti son innocuité.

Que mangent les pilotes?
Ils mangent deux repas différents, si un repas est impropre (contaminé), l’autre pilote doit être en mesure de continuer à contrôler l’avion. Oui, deux repas peuvent être contaminés, c’est statistiquement beaucoup plus rare.

Pourquoi les lumières se tamisent à l’atterrissage ?
Lorsque l’avion atterrit de nuit, on baisse le niveau lumineux dans l’avion. En cas de problème à l’atterrissage, cela vous prépare à évacuer l’appareil en urgence. Comme vos yeux se seront déjà habitués à l’obscurité, vous verrez mieux les sorties de secours et vous pourrez voir plus facilement vous repérer une fois à l’extérieur.

Que se passe-il si la foudre frappe un avion en vol ?
Rien. Les avions sont frappés par la foudre très fréquemment. C’est totalement sans danger et personne ne sent rien, car la carlingue fait office de cage de Faraday. (la situation est différente au décollage et atterrissage)

Peut-on ouvrir la porte des toilettes de l’extérieur ?
Oui. Un bouton caché permet de le faire.

Que se passe-il en cas de panne moteur ?
Si les deux moteurs s’arrêtaient en même temps, l’avion pourrait continuer à planer sur 11 kilomètres, pour chaque 1 500 mètres d’altitude. Donc à 10 000 mètres, votre avion peut continuer à planer sur environ 77 kilomètres sans moteur, et permettre un atterrissage (relativement) en douceur.

Les écouteurs qu’on vous donne sont-ils neufs ?
Non ils sont nettoyés et réutilisés.

Comment savoir si un avion est détourné ?
Si l’avion est proche du sol et qu’il est détourné par un individu malveillant, le pilote laissera les volets des ailes levés de manière à indiquer que quelque chose d’anormal est en train de se produire à bord.

D’où vient l’air que nous respirons en cabine ?
L’oxygène que vous respirez dans un avion est l’air comprimé provenant des moteurs. Une partie (25 %) est destinée au cockpit, le reste est destiné aux passagers. L’air quitte l’avion par un petit trou dans l’arrière du fuselage.

L’avion peut-il voler avec un seul moteur ?
Tous les avions modernes sont conçus pour pouvoir voler, et même décoller, avec un moteur en panne. Les pilotes s’entraînent régulièrement sur des simulateurs pour voler ou atterrir avec un seul moteur.

Les fameuses turbulences
Malgré leur réputation terrible de tueurs d’avions, les turbulences ne se soldent que très rarement par des catastrophes. Ainsi, on n’a enregistré depuis 120 ans aucun crash aérien causé par ces dernières. Ces ballottements sont comparables, pour l’avion, aux nids-de-poule pour les voitures. Les tremblements résultent de la différence de température entre les flux d’air ascendants et descendants. Qui plus est, les zones de turbulences sont rarement inattendues pour les pilotes, qui étudient leur itinéraire avant le vol et connaissent toutes les voies permettant de sortir des régions dangereuses ou de les contourner. Selon le psychologue aérien Alexeï Guervachem, les turbulences ne touchent pas la sécurité des passagers, mais leur confort. Les tremblements forts peuvent pourtant causer des dégâts sensibles, notamment au gens qui se promènent dans l’habitacle de l’avion. Les turbulences ont par exemple déjà ouvert les compartiments à bagages, faisant tomber tous les sacs sur la tête des passagers.