Stratégie vaccinale de la France pour les Français de l’étranger

2021-01-20T23:00:00Z

A l’occasion d’une réunion entre les Jean-Baptiste LEMOYNE, Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, et les parlementaires des français établis hors de France, un point important a été fait concernant la stratégie vaccinale de la France pour les Français de l’étranger.

La France a décidé de vacciner l’ensemble des résidents, qu’ils soient Français ou étrangers, c’est pourquoi la 1ère mission des postes diplomatiques est de s’assurer de la réciprocité des mesures à l’étranger pour que les Français soient inclus dans les stratégies locales.

L’accès aux vaccins sera garanti pour les Français établis hors de France. La vaccination semble possible dans 70% des cas. Là où un vaccin est accessible et sûr, le gouvernement cherchera à conclure des accords de réciprocité, poursuit le sénateur. Ailleurs, le Quai d’Orsay cherche au cas par cas des alternatives. D’autres informations seront transmises au prochain point. (source)

Pour autant, il reste 30% de Français de l’étranger qui sont dans des zones où les vaccins ne sont pas disponibles ou bien sont des vaccins « non internationalement reconnus ».

Le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères s’est engagé à avoir une approche “la plus individualisée” en fonction des pays concernés.

A l’international, les doctrines vaccinales sont convergentes: la vaccination est volontaire, gratuite et avec la constitution de groupes prioritaires ;

Par contre, là où il n’a pas encore de doctrine sur la vaccination des résidents étrangers, il faudra s’assurer que les Français sont bien considérés comme des résidents du pays.

La prochaine session de l’Assemblée des Français de l’Etranger, prévue du 8 au 12 mars 2021, se tiendra probablement en « distantiel ».

Un point sera fait régulièrement avec Jean-Baptiste Lemoyne pour voir la progression. La prochaine conférence téléphonique avec les parlementaires représentant les Français de l’étranger devrait se tenir en février.

lire l’article sur consulaires.com

C’est drôle de voir que la campagne de vaccination ici en France a mal débuté. Beaucoup de bureaucratie et peu de vaccination, même avec des doses disponibles dans des congélateurs et des professionnels prêts à vacciner. Ils disent que c’était un scandale, et j’ai tendance à être d’accord, mais il n’est facile pour aucun pays de prendre les bonnes mesures pour organiser une campagne nationale de vaccination. Au Brésil, vu sa taille et ses conditions géographiques (et géopolitiques, malheureusement), c’est aussi très compliqué, j’imagine.

C’est difficile à dire, si l’on regarde les graphiques (ci-dessous), on voit un démarrage lent dans les deux cas, je suspecte le traditionnel caractère râleur des français d’avoir contribué à aggraver le ressenti de lenteur… :smile:

1 J'aime

On peut voir sur le graphique qu’il y a eu un ralentissement important en France, bien qu’ils aient maintenant appuyé sur l’accélérateur. Au Brésil, il me semble que la campagne est plus rapide, bien qu’il y ait aussi des problèmes avec le manque de bonne planification logistique, avec ces politiciens qui se font vacciner sans avoir de priorité, etc. Bref, nous avons tous les deux nos problèmes avec la pandémie en ce moment. J’espère que toute cette période compliquée de pandémie passera bientôt.

Oui les approvisionnements ne peuvent pas être comparés entre pays. Les producteurs qui fournissent l’Europe (la commande de la France est européenne) ont annoncé un conditionnement différent qui perturbe cet approvisionnement. A ma connaissance après une phase initiale de mise en route lente en France, la vaccination se fera au rythme des approvisionnements et ne sera plus impactée par des problèmes de logistique.

Je connais moins bien la situation au Brésil, mais on peut supputer qu’à la fois la taille du pays et la décentralisation rendent les choses moins homogènes.

1 J'aime