Si tu vas à Rio, tu seras un gringo !

Se moquer de soi est un art, et le Français Alexis Radoux le sait. Lors de sa deuxième saison au Brésil, il s’est mis dans l’ambiance, a créé une chaîne sur YouTube et a commencé à enregistrer des vidéos des situations auxquelles il se trouve confronté quotidiennement.

Personne n’en réchappe, ni les Brésiliens, ni leurs compatriotes.

Notre personnage est un citoyen du monde. A 36 ans, il a vécu en Angleterre, en Suisse et enfin en Allemagne d’où il est parti vivre au Brésil.

“Un choc culturel”, dit-il, à propos du changement de vie. Mais ce n’est pas grave, le travail et la froideur des Allemands n’ont pas plu au Français né à Niort.

“J’ai déménagé parce que je sortais avec une Brésilienne en Europe depuis plus d’un an. Elle a dû revenir pour terminer ses études à São Paulo. Comme je n’étais pas satisfait de mon travail en Allemagne, j’ai tout quitté et je suis parti au Brésil. Et je me suis retrouvé ici. C’est vrai que j’ai failli devenir brésilien”, dit Alexis, qui a quitté Rio pour São Paulo il y a deux mois.

Mais avant cela, il a réalisé son rêve d’apprendre à connaître le monde. Lui et sa petite amie Carol ont visité 44 pays et 286 villes, au cours d’un voyage où ils ont parcouru, pendant deux ans, 190 000 kilomètres.

En 2013, de retour au Brésil, elle a commencé à travailler avec ce qu’elle avait déjà fait en Europe. Alexis fait du doublage sur une chaîne de télévision, est musicien, photographe et enseigne le français.
Et il ne pense pas à rentrer en France, à moins que “le prix de l’école et du régime de santé” ne le fasse changer d’avis. “Le Brésil est mauvais, mais il est bon. La France, c’est bien, mais c’est mal”.

Réaliser des vidéos podcast pour sa chaîne YouTube a été le nouveau plaisir de ce Français multimédia, qui aime écrire, lire, composer, produire et éditer des vidéos, photographier, peindre et danser.

"J’adore ça et je m’amuse beaucoup. J’ai l’intention de faire tout ce que je peux ", dit-il de son expérience récente.

Imaginez un “Français” au Brésil, avec cet accent caractéristique, qui commande du pain chaud à la boulangerie ou de l’eau de coco au bar du coin.

Alexis Radoux se moque de lui-même, nous fait rire et, quand même, ressent ce goût de vengeance.
Après tout, celui qui n’a jamais payé un singe en dehors de son pays, qu’il jette la première pierre.

1 J'aime