Sécurité et criminalité au Brésil, l'état des choses

2024-02-17T03:00:00Z

Cet article aborde la question de la criminalité au Brésil, mettant en lumière les chiffres alarmants des homicides en 2023 selon l’ONU, avec le Brésil en tête devant d’autres grands pays comme le Nigéria, l’Inde et le Mexique. Il souligne que le Brésil est un pays marqué par la violence, avec une culture où la vie humaine semble avoir peu de valeur. Malgré cela, la lutte contre l’insécurité n’a jamais été une priorité majeure pour les gouvernements, en particulier ceux de gauche, en raison de diverses raisons politiques et structurelles.

L’article explique que la sécurité publique est principalement de la responsabilité des États, ce qui crée un système complexe et fragmenté où la coordination entre les différentes forces de l’ordre est souvent difficile. Face à cela, les grandes factions criminelles, principalement liées au trafic de drogue, agissent avec une grande liberté et efficacité à travers le pays.

En termes de politiques de sécurité, la droite prône généralement une approche plus répressive, tandis que la gauche insiste sur les aspects sociaux du problème et propose des alternatives à la répression. Cependant, l’article critique les gouverneurs de gauche pour mener des politiques similaires à ceux des autres partis, principalement répressives et peu efficaces.

En ce qui concerne les solutions, l’article mentionne que le gouvernement actuel envisage de relancer le projet de Système Unique de Sécurité Publique pour coordonner les actions à travers le pays et s’attaquer aux flux financiers des factions criminelles. Cependant, il souligne que ces efforts seront confrontés à de nombreux obstacles politiques et structurels.

En conclusion, l’article appelle à une action urgente et coordonnée pour faire face à la criminalité au Brésil, en soulignant l’importance de commencer à agir même si les défis sont nombreux.

Oui et l’actualité lui donne malheureusement bien souvent raison…