Le football brésilien, une question de style

Le Brésil passe pour être LE pays du football, avec raison. La Seleção (l’équipe nationale) est la seule équipe à n’avoir manqué aucune des 21 Coupes du Monde ! La seule équipe aussi à en avoir remporté cinq…

Le Brésil a construit le fabuleux stade du Maracana, qui pouvait accueillir 250 000 supporters.
C’est le lieu de naissance du mythe du football brésilien, le “roi” Pelé.

Le football c’est surtout à la base l’espoir de l’ascenseur social dans un pays qui ne donne pas sa chance à beaucoup.

Par opposition au style footballistique européen, physique, logique et carré, le jeu brésilien est débridé, imaginatif et surprenant. Ou était ? Les déboires du football brésilien ces dernières années on fait douté de l’effet de surprise et de la tactique.

Selon une étude menée par la Fundação Getúlio Vargas (pt) en 2000, le football au Brésil brasse 16 milliards de dollars par an, en compte trente millions de pratiquants (soit 16 % de la population), 800 clubs professionnels et onze mille équipes amateurs. Par ailleurs, on évalue à un millier le nombre de footballeurs brésiliens quittant le pays chaque année pour vivre du football à travers le monde.

voir aussi La « brésilianisation » du football professionnel portugais : une approche géographique

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Football au Brésil de Wikipédia en français (auteurs)