La Présidence de la république du Brésil prévoit la restriction exceptionnelle et temporaire de l'entrée dans le pays des étrangers de toute nationalité, selon les recommandations de l'Agence nationale de surveillance sanitaire - Anvisa

2021-05-27T22:00:00Z

Ce décret décrit et précise les conditions d'entrée sur le territoire brésilien, par les moyens terrestres, maritimes et aériens.

DECRET NO 654, DU 28 MAI 2021

Prévoit la restriction exceptionnelle et temporaire de l’entrée dans le pays des étrangers de toute nationalité, selon les recommandations de l’Agence nationale de surveillance sanitaire - Anvisa.

LES MINISTRES D’ÉTAT, CHEF DE LA MAISON DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE, DE LA JUSTICE, DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA SANTÉ, en vertu des pouvoirs qui leur sont conférés par l’art. 87, alinéa unique, points I et II, de la Constitution, et par l’art. 3, art. 37 et art. 47 de la loi n° 13.844, du 18 juin 2019, et vu les dispositions de l’art. 3, caput, point VI, de la loi n° 13.979, du 6 février 2020, et

Considérant la déclaration d’une urgence de santé publique d’importance internationale par l’Organisation mondiale de la santé le 30 janvier 2020, en raison de l’infection humaine par le coronavirusSARS-CoV-2(covid-19) ;

Considérant qu’il est un principe de la politique nationale de sécurité publique et de défense sociale, prévu au point VI du préambule de l’article 4 de la loi n° 13.675 du 11 juin 2018, l’efficacité dans la prévention et la réduction des risques dans les situations d’urgence qui peuvent affecter la vie des personnes ;

Considérant la nécessité de donner de l’efficacité aux mesures sanitaires de réponse à la pandémie deSARS-CoV-2(covid-19) prévues par l’Ordonnance n° 356/GM/MS, du 11 mars 2020, du Ministère de la Santé ;

Considérant que le transit et le transport international de passagers et le transport, le stockage, la livraison et la logistique des marchandises en général sont définis comme des services et activités publics essentiels, tels que décrits aux points V et XXII du paragraphe 1 de l’article 3 du décret n° 10.282 du 20 mars 2020 ;

considérant la manifestation de l’Agence nationale de surveillance sanitaire - Anvisa, avec recommandation de restriction exceptionnelle et temporaire d’entrée dans le pays ; et

Considérant l’impact épidémiologique que peuvent avoir les nouveaux variants du coronavirusSARS-CoV-2(covid-19), identifiés au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, en République d’Afrique du Sud et en République de l’Inde, dans le scénario actuel vécu dans le Pays ; décide:

Art. 1. La présente ordonnance prévoit la restriction exceptionnelle et temporaire de l’entrée dans le pays des étrangers de toute nationalité, conformément aux dispositions du point VI du préambule de l’art. 3 de la loi n° 13.979, du 6 février 2020, à la suite de la recommandation technique et motivée de l’Agence nationale de surveillance sanitaire - Anvisa, pour des raisons sanitaires liées aux risques de contamination et de dissémination du coronavirus SARS-CoV-2 (covid-19).

Article 2 L’entrée dans le pays des étrangers de toute nationalité est limitée, par les autoroutes, les autres moyens terrestres ou les voies navigables.

Art. 3 Les restrictions visées par le présent décret ne s’appliquent pas à

I - Brésilien, né ou naturalisé ;

II - immigrant ayant une résidence définitive, pour une période déterminée ou indéterminée, sur le territoire brésilien ;

III - professionnel étranger en mission au service d’une organisation internationale, à condition qu’il soit identifié ;

IV - fonctionnaire étranger accrédité auprès du gouvernement brésilien ; et

V - étranger :

a) conjoint, compagnon, enfant, parent ou tuteur d’un Brésilien ;

b) dont l’entrée est spécifiquement autorisée par le gouvernement brésilien en raison de l’intérêt public ou de questions humanitaires ; et

c) porteur du Registre national de l’immigration ; et

VI - transport de marchandises.

§ 1 Les restrictions prévues par le présent décret n’empêchent pas le débarquement, autorisé par la police fédérale, de l’équipage maritime pour une assistance médicale ou pour une correspondance en vue d’un retour aérien vers le pays d’origine lié à des questions opérationnelles ou à la résiliation du contrat de travail.

§ 2 L’autorisation visée au § 1 est subordonnée à une clause de prise en charge des frais de transbordement signée par l’agent maritime, avec l’accord préalable des autorités sanitaires locales, et à la présentation des billets d’avion correspondants.

§ 3. En cas d’entrée dans le pays par route, par d’autres moyens terrestres ou par voie navigable, les exceptions visées au point II et aux paragraphes « a » et « c » du point V ci-dessus ne s’appliquent pas aux étrangers de la République bolivarienne du Venezuela.

Art. 4 Les restrictions visées par la présente ordonnance n’empêchent pas

I - l’exécution d’actions humanitaires transfrontalières préalablement autorisées par les autorités sanitaires locales ;

II - la circulation des frontaliers dans les villes jumelées, sur présentation du document de frontalier ou d’une autre pièce justificative, pour autant que la réciprocité soit garantie au citoyen brésilien par le pays voisin ; et

III - la libre circulation des transports de marchandises par route, même si le conducteur ne figure pas dans la liste visée à l’art. 3, selon les modalités prévues par la législation.

Le seul paragraphe. Les dispositions du point II du préambule ne s’appliquent pas à la frontière avec la République bolivarienne du Venezuela.

Art. 5. Exceptionnellement, les étrangers qui se trouvent dans un pays frontalier terrestre et qui doivent le traverser pour prendre un vol de retour vers leur pays de résidence peuvent entrer dans la République fédérative du Brésil avec l’autorisation de la police fédérale.

Paragraphe unique. Dans le cas prévu à l’alinéa précédent :

Moi, l’étranger, je vais aller directement à l’aéroport ;

II - il doit y avoir une demande officielle de l’ambassade ou du consulat du pays de résidence ; et

III - les billets d’avion correspondants doivent être présentés.

Art. 6 Les restrictions visées dans le présent décret n’empêchent pas l’entrée des étrangers dans le pays par voie terrestre entre la République fédérative du Brésil et la République du Paraguay, à condition que soient remplies les conditions migratoires appropriées à leur condition, y compris la possession d’un visa d’entrée, lorsque le système juridique brésilien l’exige.

Art. 7 Les restrictions visées par le présent décret n’empêchent pas l’entrée des étrangers dans le pays par voie aérienne, à condition que soient remplies les conditions migratoires appropriées à leur condition, y compris la possession d’un visa d’entrée, lorsque le système juridique brésilien l’exige.

§ 1 Aux fins des dispositions du préambule, le voyageur international, brésilien ou étranger, doit présenter à la compagnie aérienne responsable du vol, avant l’embarquement

I - un document prouvant que le test de laboratoireRT-PCR a été effectué, pour le dépistage de l’infection par le coronavirusSARS-CoV-2(covid-19), avec un résultat négatif ou non réactif, réalisé dans les soixante-douze heures précédant le moment de l’embarquement, en respectant les critères suivants :

a) le document doit être présenté en langue portugaise, espagnole ou anglaise ;

b) le test doit être effectué dans un laboratoire reconnu par l’autorité sanitaire du pays de départ ;

c) en cas de vol avec correspondances ou escales où le voyageur reste dans une zone réservée de l’aéroport, la période de soixante-douze heures est prise en compte par rapport à l’embarquement sur le premier tronçon du voyage ;

d) les voyageurs qui migrent plus de soixante-douze heures après le test Rt-PCR doivent présenter la preuve d’un nouveau test avec des résultats négatifs ou non réactifs pour le coronavirus SARS-CoV-2 (covid-19) lors de l’enregistrement pour l’embarquement dans la République fédérative du Brésil ;

e) les enfants de moins de douze ans qui voyagent accompagnés sont dispensés de présenter la preuve qu’ils ont subi le test de laboratoireRT-PCR, à condition que toutes les personnes accompagnantes présentent la preuve qu’elles ont subi un test de laboratoire avec un résultat négatif ou non réactif pour le coronavirusSARS-CoV-2(covid-19), effectué dans les soixante-douze heures précédant le départ ;

f) Les enfants âgés de deux à douze ans qui voyagent non accompagnés doivent présenter la preuve d’un test de laboratoire RT-PCR négatif ou non réactif pour le coronavirus SARS-CoV-2(covid-19), effectué dans les soixante-douze heures précédant l’embarquement ;

g) les enfants âgés de moins de deux ans sont dispensés de présenter la preuve de l’achèvement du test de laboratoireRT-PCR pour les voyages en République fédérative du Brésil ;

h) les membres d’équipage d’aéronefs sont dispensés de présenter la preuve de l’achèvement du document de test de laboratoireRT-PCR, à condition qu’ils respectent le protocole suivant :

  1. l’absence de contact social et l’auto-isolement pendant le séjour sur le sol brésilien lors du déplacement entre l’aéroport et l’hôtel, si nécessaire - l’opérateur aérien doit assurer le déplacement entre l’avion et les logements individuels de l’équipage dans des moyens de transport privés et veiller à ce que des mesures d’hygiène soient appliquées et que la distance physique entre les personnes soit assurée de l’origine à la destination ;

  2. l’absence de contacts sociaux et l’auto-isolement pendant le séjour sur le sol brésilien dans le logement - l’équipage doit séjourner dans une résidence ou une chambre d’hôtel, dans ce dernier cas, les points suivants doivent être observés :

2.1. le logement sera occupé par un seul membre de l’équipage ;

2.2. le logement doit être assaini avant et après son occupation

2.3. L’équipage ne doit pas utiliser les installations communes de l’hôtel.

2.4. L’équipage prend ses repas dans le logement.

2.5. si le service en chambre d’hôtel n’est pas disponible, le membre de l’équipage doit demander un repas à emporter ;

  1. soins de santé et autocontrôle - l’équipage doit :

3.1. surveillez régulièrement l’apparition de symptômes, notamment la fièvre et d’autres symptômes associés au coronavirusSARS-CoV-2(covid-19) ;

3.2. éviter tout contact avec le public et les autres membres de l’équipage

3.3. rester dans la chambre d’hôtel, sauf pour consulter un médecin ou pour effectuer des activités jugées essentielles ;

3.4. se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon, si possible, ou utiliser un gel alcoolisé ;

3.5. porter un masque ; et

3.6. respecter une distance physique lorsqu’il est nécessaire de quitter l’hôtel ;

  1. en cas de symptômes - si l’équipage présente des symptômes associés au coronavirus SARS-CoV-2 (covid-19) sur le territoire brésilien, il doit

4.1. signaler le fait à l’opérateur aérien ;

4.2. demander une assistance médicale pour l’évaluation de l’implication possible duSARS-CoV-2(covid-19) ; et

4.3. en cas de résultat positif, coopérer à une surveillance supplémentaire, conformément aux protocoles adoptés par le système de santé local ;

  1. santé au travail - les mesures suivantes seront adoptées :

5.1. les responsables des programmes de santé au travail des exploitants aériens maintiendront un contact permanent avec les équipages, afin de s’assurer que leurs employés effectuent un autocontrôle et exécutent des protocoles de santé qui réduisent les facteurs de risque associés à l’exposition auSARS-CoV-2(covid-19) ; et

5.2. l’exploitant aérien doit mettre en œuvre un programme d’éducation ayant pour objectif d’orienter les équipages sur les mesures sanitaires à adopter pendant la période d’exposition auSARS-CoV-2(covid-19) ;

  1. plan de gestion de la santé des membres de l’équipage - les exploitants aériens sont responsables des éléments suivants

6.1. élabore et maintient un plan permanent de gestion de la santé des membres de l’équipage, avec une évaluation des risques concernant l’exposition des membres de l’équipage auSARS-CoV-2(covid-19) ;

6.2. démontrent, chaque fois que cela est demandé, les documents justificatifs de la mise en œuvre des mesures d’atténuation pour leSARS-CoV-2(covid-19), sans préjudice des actions d’inspection, de surveillance et de contrôle qui seront exercées par les autorités compétentes ; et

II - la preuve, imprimée ou sur support électronique, de l’accomplissement de la Déclaration de santé des voyageurs - DSV dans les soixante-douze heures précédant le départ pour la République fédérative du Brésil, avec l’accord sur les mesures sanitaires qui doivent être respectées pendant le séjour dans le pays.

§ Le voyageur visé au présent article est dispensé de se conformer aux mesures établies au § 1 en cas d’arrêt technique, sur le territoire brésilien, d’aéronefs en provenance de l’étranger, à condition qu’aucun voyageur ne débarque sans autorisation préalable de l’autorité sanitaire.

§ 3 - Les vols internationaux à destination de la République fédérative du Brésil, qui ont pour origine ou pour destination le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la République d’Afrique du Sud et la République de l’Inde, sont temporairement interdits.

I - Les dispositions du présent paragraphe ne s’appliquent pas à l’exploitation de vols cargo, assurés par des travailleurs équipés d’équipements de protection individuelle (EPI), dont les membres d’équipage doivent respecter les protocoles sanitaires spécifiques suivants :

a) remplir la Déclaration Sanitaire du Voyageur (DSV), prévue à l’art. 7, point II de la présente ordonnance, étant dispensés de présenter un document prouvant que le test de laboratoire RT-PCR a été effectué, à condition qu’ils respectent le protocole contenu dans l’art. 7, point I, alinéa h, le cas échéant ;

b) le débarquement des membres de l’équipage n’est pas autorisé, sauf en cas d’urgence, préalablement autorisé par l’autorité sanitaire locale, auquel cas une quarantaine doit être effectuée pendant 14 jours, sous la direction et la surveillance des autorités sanitaires de l’État ou de la municipalité concernée, et si le débarquement d’urgence n’est effectué que pour un transit dans l’aéroport même, le membre de l’équipage doit porter en permanence un masque facial et une distanciation sociale ;

c) si nécessaire, l’approvisionnement en eau et en nourriture doit être assuré par des travailleurs portant des équipements de protection individuelle (EPI), et les chariots transportant de la nourriture pour l’équipage ne sont pas autorisés à débarquer ;

d) l’enlèvement des déchets solides et des effluents produits à bord, ainsi que l’exécution de procédures de nettoyage ou de désinfection à bord de l’aéronef, ne sont pas autorisés, sous réserve d’exceptions à la discrétion de l’autorité sanitaire locale ; et

e) s’il est nécessaire d’avoir des travailleurs locaux à bord, le commandant de bord doit veiller à ce que les mesures d’atténuation appropriées soient adoptées.

§ 4 - L’autorisation d’embarquement pour la République fédérative du Brésil des voyageurs étrangers en provenance ou ayant transité par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la République d’Afrique du Sud et la République de l’Inde au cours des quatorze derniers jours, est temporairement suspendue.

§ 5 - L’autorité migratoire, sur provocation de l’autorité sanitaire, peut empêcher l’entrée sur le territoire brésilien des personnes non énumérées à l’art. 3 qui ne répondent pas aux exigences prévues au § 1 ou qui ne respectent pas les dispositions du § 4.

§ 6 Le voyageur qui répond aux dispositions de l’art. 3, ayant pour origine ou antécédent le passage par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, la République d’Afrique du Sud et la République de l’Inde dans les quatorze derniers jours, en entrant sur le territoire brésilien, restera en quarantaine pendant quatorze jours.

Art. 8. L’inobservation des dispositions du présent décret impliquera, pour l’agent de rupture

I - la responsabilité civile, administrative et pénale ;

II - rapatriement immédiat ou expulsion ; et

III - incapacité de demander le refuge.

Art. 9 - Des actes normatifs et des directives techniques peuvent être élaborés par les ministères afin de compléter les dispositions contenues dans le présent décret, à condition que le champ de compétence du ministère soit respecté.

§ 1 Les organismes de réglementation peuvent émettre des directives complémentaires aux dispositions de la présente règle, y compris des règles sanitaires sur les services, les procédures, les moyens de transport et les opérations.

§ 2. les directives techniques émises par les ministères et les organismes de réglementation avant l’entrée en vigueur de la présente ordonnance restent valables.

Art. 10 - Les ministères peuvent transmettre à la Maison civile de la Présidence de la République, de manière motivée, les cas non couverts par le présent décret et les demandes de cas exceptionnels, concernant l’accomplissement de déterminations sanitaires, pour servir l’intérêt public ou les questions humanitaires.

§ 1 La Chambre civile de la Présidence de la République demande, dans un délai adapté à l’urgence de la demande, la manifestation de

I - d’Anvisa

II - d’autres agences dont la pertinence thématique est liée à l’affaire, si cela est jugé nécessaire ; et

III - les ministères signataires de ce règlement.

§ La décision, par consensus, des ministères signataires est communiquée par la Chambre civile de la Présidence de la République.

Art. 11. Les ministères, dans le cadre de leurs compétences, adoptent les mesures nécessaires pour se conformer aux dispositions de la présente ordonnance.

Art. 12 - Le décret n° 653, du 14 mai 2021, des ministères d’État chef de cabinet de la présidence de la République, de la justice et de la sécurité publique et de la santé est abrogée.

Art. 13 Le présent décret entre en vigueur à la date de sa publication.

Source:

Cher Patrick

Je me permet de corriger votre propos. l entree par voie aerienne est toujours permise. l interdiction concerne pour les gens venant par la route et par bateau…

voila le trecho original:

Art. 2º Fica restringida a entrada no País de estrangeiros de qualquer nacionalidade, por rodovias, por outros meios terrestres ou por transporte aquaviário

Bonjour ce ne sont pas mes propos mais le texte de l’ordonnance… et il n’est écrit nulle part et je n’ai jamais écrit que l’entrée sur le territoire brésilien était interdite.

Ce sujet a été automatiquement fermé après 30 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.