La disparition annoncée des chambres de bonne

Dans un article de la Folha de S. Paulo intitulé « La chambre de bonne devient rare sur les plans [d’appartements], mais sa mini-salle de bain résiste »[1], Júlia Zaremba écrivait : « La chambre de bonne est sur le point de disparaître. Des appartements plus petits, des arrière-cuisines[2] réduites, des changements culturels et des droits du travail garantis même pour les domestiques contribuent à expliquer la disparition de cette pièce, désormais limitée aux logements chers »

image

Lire la suite sur le blog du chercheur Hervé Théry, un article aussi inattendu que passionnant qui dit quelque chose de la société brésilienne, de son histoire et de son évolution.

2 J'aimes