A Avignon, le Brésil de Bolsonaro s'invite dans un remake de "Dogville"

Si beaucoup de pièces ont été portées avec succès au cinéma, l’exercice inverse s’avère plus périlleux. Au Festival d’Avignon, une metteuse en scène brésilienne brouille les frontières avec une adaptation de « Dogville » de Lars von Trier toute imbibée de la situation dans son pays natal.

Pour Christiane Jatahy, qui travaille entre le Brésil et l’Europe et qui avait déjà évoqué l’exil et de l’acceptation de l’autre en 2019 à Avignon (« Le présent qui déborde »), la ligne poreuse entre les deux arts est une marque de fabrique.