Une députée brésilienne victime d'une agression sexuelle en plein Parlement

Toute la scène a été captée par les caméras installées dans le Parlement local. On y voit le député Fernando Cury s’approcher par derrière de l’élue Isa Penna et poser ses mains au niveau de sa poitrine, ou de sa taille. Elle se retourne et le repousse. L’élu du parti Citoyenneté (l’ancien parti communiste brésilien) insiste et met sa main sur l’épaule de sa collègue du parti de gauche Socialisme et liberté (PSOL), qui la rejette de nouveau. Les deux élus s’expliquent quelques instants, avant que Fernando Cury ne s’éloigne.

Bien qu’il soit difficile de dire si cet homme pose ses mains sur les seins de cette femme ou sur sa taille et bien qu’il soit hautement improbable que cet homme aie commis une agression sexuelle en public, au parlement devant les caméras, au risque de perdre son statut de député, l’incident a tout de même été qualifié d’agression sexuelle par la « victime » dont le statut de combattante féministe n’est sans doute pas pour rien dans cette qualification d’un geste qui au Brésil fait partie de la vie courante, quoique plutôt réservé à la vie familiale et amicale et pas professionnelle. Une indélicatesse donc, montée en épingle, comme il se pratique couramment aux Etats-Unis.